pibraction-environnement.blog4ever.com

Association Pibraction Environnement

Antennes relais : lettre au Maire de Pibrac

Pibrac, le 11/01/16

 

Monsieur Bruno Costes

Mairie de Pibrac

31820 Pibrac

 

Copie à Madame Florence Mazzoleni

 

 

Monsieur le Maire,

 

Début 2015, nous avons adressé le courrier ci-joint aux quatre opérateurs. La Mairie de Pibrac et Toulouse Métropole en ont reçu copie.

 

Ces opérateurs nous ont tous répondu en discréditant le rapport Bioinitiative et la résolution du Conseil de l'Europe, se retranchant dernière la réglementation en vigueur. Ils nous ont aussi invité à formuler une demande de mesures d'exposition (Ces courriers sont disponibles sur notre site internet).

 

Nous avions, dés 2013, sollicité la Mairie pour faire procéder à des mesures dans les bâtiments municipaux accueillant les Pibracais et plus particulièrement les enfants. Cela a été réalisé le 18/03/15.

 

Les mesures faites par le professionnel accrédité par le COFRAC (disponibles sur cartoradio.fr) sont sensiblement les mêmes que les nôtres (cf notre site internet) notamment pour la crèche Nicolas et Pimprenelle (dortoir des grands : 1,42 V/m, dortoir des petits : 0,77 V/m), les écoles du Bois de la Barthe (0,6 et 0,7 V/m dans chaque cour de récréation), l'école de La Salle (0,73 et 1,21 V/m). Elles font aussi apparaître des relevés de 1,62 V/m au TMP et 0,71 V/m dans le bureau n°10 de la Mairie.

 

Les préconisations du Conseil de l’Europe nous informent qu’il existe un risque sanitaire au-delà de 0,6 V/m.

 

Par ailleurs, la loi n° 2015-136 du 9 février 2015 stipule que l'accès sans fil à internet est interdite dans les établissements accueillant des enfants de moins de 3 ans. Or, à la crèche Nicolas et Pimprenelle, les enfants sont exposés à des champs supérieurs à ceux qui seraient émis par une borne WIFI.

 

Faut il vraiment attendre qu'éclate un scandale sanitaire comme celui de l'amiante pour protéger nos enfants ?

 

Nous vous demandons instamment, en application du principe de précaution, d'intervenir auprès des opérateurs afin qu'ils réduisent sensiblement les puissances émises.

 

C'est une mesure transitoire mais nécessaire avant la reconnaissance officielle des méfaits des ondes électromagnétiques.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos sentiments les meilleurs,

 

Le CA de Pibraction Environnement



13/01/2016